L'accompagnement aux funérailles :
une prestation inattendue mais utile

L'année 2013 verra s'ouvrir au mois d'avril  les portes d'un nouveau salon destiné au grand public : le salon de la mort. Première mondiale, puisqu'apparemment il n'existe aucun précédent ailleurs, cet événement aura lieu au Carrousel du Louvre à Paris. Nul ne peut nier que le thème choisi peut déranger, voire choquer, et pourtant, l'universalité du sujet  fait aussi que l'on peut s'interroger sur l'ignorance actuelle de ce domaine, et du marché potentiel qu'il représente. Dans notre pays, plus d'un demi million de décès surviennent chaque année, et les familles concernées ont toutes besoin dans ces moments difficiles de prestataires compétents. Le salon de la mort se donne pour objectif d'offrir la possibilité aux exposants et visiteurs de dialoguer, de s'informer, mais surtout de réfléchir au sens que la mort revêt aujourd'hui dans notre société, à la façon que nous avons de la traiter, et aux moyens à envisager pour que le sujet devienne moins tabou.

Dans ce cadre-là, une profession propose de mettre ses compétences au service des familles endeuillées, en suggérant de fournir un accompagnement personnalisé aux funérailles : il s'agit des écrivains publics adhérents du GREC, (Groupement des Ecrivains Conseils) qui tiendront un stand lors de ce salon. Pourquoi des prestataires en écriture ont-ils choisi de participer à cet événement un peu spécial ? Et comment leur métier peut-il s'inscrire dans une telle démarche ?

Leurs motivations sont très bien expliquées par la vice-présidente du GREC, Stéphanie Fromion : "Aujourd'hui, de plus en plus de familles vivent des funérailles impersonnelles surtout lorsqu'il n'y a pas de rite religieux. Le sujet fait peur et suscite fréquemment une réaction de rejet, mais néanmoins il est bel et bien inscrit dans la vie. L'objectif de notre présence sur ce salon, qui veut parler de la mort pour mieux vivre, est de présenter la richesse de notre offre de services. Dans la pratique de nos cabinets, la mort en elle-même peut amener à écrire : des lettres pour un veuf qui doit informer les nombreux interlocuteurs du décès de son épouse, une biographie mise en route suite à la perte d'un être cher, la préparation de ses propres obsèques... Si ce registre d'interventions peut a priori sonner lugubre et inquiétant, ce travail est d'une grande utilité et contient, paradoxalement, beaucoup d'humanité et de vie. Les mots prennent, dans ce cadre, une importance très grande".

Certains membres du GREC, en tant qu'écrivains publics, ont d'ailleurs déjà une expérience significative dans ce domaine. Que ce soit en prêtant leur plume pour restituer un souvenir de la personne décédée, en recueillant des témoignages qui retrace le parcours du défunt, en aidant les proches à choisir des rituels pour le jour de la cérémonie, en lisant à haute voix des textes choisis par la famille ou rédigés à sa demande, l'écrivain public intervient de différentes manières au côté des services funéraires, aidant ainsi au mieux les parents ou amis terrassés par le chagrin. Il peut également, au-delà des mots, endosser son rôle de conseiller et inventer des gestes pour pallier le manque de rites d'une cérémonie laïque. Quoi qu'il en soit, les mots dits ou lus à cette occasion si particulière sont toujours chargés d'émotions, et ô combien nécessaires pour accomplir le douloureux travail de deuil.

Pour préparer cet accompagnement si spécifique, l'écrivain public commence par rencontrer la famille du disparu afin de pouvoir recueillir auprès d'elle des documents, des anecdotes ou tout simplement des paroles évoquant la personne décédée. A partir de ces matériaux disparates, le professionnel de l'écriture pourra rédiger un ou plusieurs textes sous des formes diverses, selon le choix des proches ou les suggestions que lui-même pourra faire : discours classique, poème, courte biographie, conte, chanson… Tout est possible. Idem pour la lecture de ces textes, qui pourra être effectuée par un ou plusieurs membres de la famille, ou bien par le rédacteur lui-même, si les proches le souhaitent. L'écrivain public respecte bien évidemment les rituels religieux et s'adapte à l'organisation mise en place par l'opérateur funéraire qui prend en charge la cérémonie. Le tarif de ces prestations est annoncé dans un devis fourni au préalable, et généralement calculé à l'heure.

Une autre possibilité est offerte à tout un chacun par les écrivains publics du GREC qui travaillent dans le cadre de l'accompagnement aux funérailles : celle de rédiger de son vivant un discours, une biographie ou tout autre texte pour qu'il soit lu le jour de la cérémonie, quand le jour J sera venu. Une sorte de testament personnel, un dernier adieu aux siens qu'ils recevront par-delà la mort.

A priori un peu rébarbatif, cet accompagnement aux funérailles va toutefois dans le sens de plus d'humanité, de plus de partage : nos sociétés ont choisi d'oublier que nous devons tous mourir un jour, et elles aseptisent la mort en la camouflant le plus possible, en la taisant et en laissant du coup ceux qu'elle touche de près livrés à leurs émotions, qu'ils ont à peine le droit d'exprimer par des pleurs vite refoulés. Le travail proposé ici permet à ces émotions de s'exprimer, d'être dites, aux maux d'être mis en mots pour reprendre une formule célèbre : pour ceux qui ne se sentent pas capables d'évoquer avec leur propre parole le départ de celui qui disparaît pour toujours, ce qu'ils ont vécu ensemble, le vide laissé et les souvenirs inoubliables, le choix de l'accompagnement aux funérailles peut représenter un véritable soutien, une aide précieuse dans la solitude que ne manque pas de ressentir toute personne endeuillée.

A chacun de juger si cette aide lui sera ou non indispensable. Savoir qu'elle existe est déjà bien.

Si vous souhaitez contacter un écrivain public qui propose cette prestation, rendez-vous sur le site du GREC. http://www.ecrivainsconseils.com/

Auteur : Cathy Borie http://porteplume2a.com
Accueil > Consommation seniors > Accompagnement aux funérailles