Accueil > Alimentation > Alimentation spéciale ostéoporose
Ostéoporose et alimentation

L'ostéoporose est une maladie des os qui touchent particulièrement les femmes après la ménopause. Il s'agit d'une moindre résistance osseuse, et elle est augmentée par une alimentation pauvre en calcium, en vitamine D et en protéines. Il semblerait que l'on puisse éviter cette déminéralisation osseuse en la prévenant par une alimentation adaptée.

Le calcium est le premier élément à protéger nos os, et les sources de calcium se trouvent essentiellement dans le lait, les fromages et certains légumes. Il faut donc en consommer suffisamment pour couvrir ses besoins journaliers. Après cinquante ans, il est conseillé d'avoir un apport entre 1000 et 1500 mg de calcium par jour, au lieu de 900 g chez l'adulte avant cet âge. Une alimentation équilibrée par ailleurs est aussi nécessaire : un minimum de trois repas par jour, comprenant au moins quatre produits laitiers au quotidien, pas de grignotage, et de l'eau fortement minéralisée en calcium ( un litre et demi par jour ), sont des conseils à suivre impérativement.
En outre, le tabac est déconseillé, car il a une action néfaste sur les cellules qui constituent l'os, mais aussi parce qu'il semble qu'il entraîne une ménopause plus précoce.
Autres facteurs pénalisants dans l'apparition de l'ostéoporose : une consommation trop élevée de caféine ( plus de trois tasses de café par jour) et d'alcool ( plus de deux verres).
La vitamine D joue en revanche un rôle positif : s'exposer régulièrement et raisonnablement au soleil permet de synthétiser cette dernière, ainsi qu'absorber des aliments apportant la vitamine D, comme l'huile de foie de poisson, le jaune d'œuf, le beurre, le foie, la chair des poissons gras.
Mais il serait faux de croire que l'ostéoporose ne concerne que la population féminine, et même si elle ne touche qu'un homme pour quatre femmes, ces derniers ne sont pas épargnés. Il se trouve que chez eux cette maladie est le plus souvent une conséquence secondaire d'une autre maladie ou des traitements y remédiant ( cortisone, diabète, insuffisance en testostérone, etc.) mais le tabagisme, et plus gravement l'alcoolisme chronique, sont des facteurs nettement aggravants.

Toutefois, il apparaît que cet apport en calcium chaudement recommandé ne soit pas suffisant s'il n'est pas renforcé par des nutriments qui empêcheront sa perte urinaire, elle-même augmentée par des excès de sodium, de sulfates et de protéines : il faut en effet réunir les conditions nécessaires à la fixation du calcium dans l'organisme. Pour cela, le calcium doit être consommé avec des aliments alcalinisants comme les fruits et les légumes.

Enfin, et même si cela n'a pas de rapport direct avec l'alimentation, il est primordial de pratiquer une activité physique régulière qui contribue au maintien de votre capital osseux en bonne santé : pour cela, pas besoin de rechercher la performance, mais veiller à bouger et entretenir votre corps en marchant, préférez les escaliers aux ascenseurs, jardinez, nagez…

Auteur : Cathy Borie
dietetique anti osteoporoseLa diététique anti-ostéoporose, Florence Piquet et Elvire Nérin, Editions Thierry Souccar, 9,90€
A lire également :
alimentation osteoporose
Alimentation et ostéoporose