Accueil > Santé > Antidepresseur tranquillisant

Faut-il bannir les antidépresseurs et les tranquillisants ?

Qui ne connaît pas dans son entourage quelqu’un qui prend des tranquillisants ou des antidépresseurs ou n’en prenez-vous pas vous même? A l’heure actuelle, je crois que tout le monde est concerné !
Il faut dire que les Français sont les champions de la consommation de ces petites pilules : plus d’1 sur 4 en prennent ! Des millions de boites sont vendues chaque année.
Quelles sont les raisons d’un tel engouement pour les antidépresseurs ? Les Français sont-ils plus malheureux, plus dépressifs que les autres ? Pour quelles autres raisons consommeraient-ils soit des antidépresseurs en cas de dépression, soit des tranquillisants en cas d’anxiété ?

Certes, certains Français souffrent effectivement de dépression sévère ou d’une anxiété forte, ou de tocs qui nécessitent la prise de ce genre de traitements.
Mais, la plupart ne ressentent qu’un petit mal-être passager, qu’une légère baisse de moral et pourtant, ils sont sous antidépresseurs ou tranquillisants.
Ce constant est particulièrement inquiétant dans la mesure où ces médicaments ne sont pas anodins et peuvent avoir des conséquences graves sur l’organisme. La première et la plus connue est la dépendance : vous ne pouvez plus vous en passer. Peuvent aussi survenir la prise de poids, l’irritabilité, la violence, des troubles de l’estomac, des problèmes d’érection…
Leur efficacité a d’ailleurs été récemment remise en cause pas une étude américaine qui considère ces médicaments comme de simples placebos !

Peut-on toutefois reprocher aux Français de prendre des antidépresseurs ou des tranquillisants ?
D’emblée, sans trop réfléchir, on peut se dire que c’est super de prendre des cachets qui vous font voir la « vie en rose ». Un coup de blues et hop, une petite pilule et çà repart !
Mais, étant donné les effets secondaires de ces médicaments, ne serait-il pas mieux de les supprimer quand ils ne sont pas nécessaires ?
Cette proposition fera hurler pas mal de gens qui, par facilité, préfèrent se bourrer de cachets plutôt que de régler leurs problèmes.
Or, bien souvent, une petite remise en cause, un changement de vie, un travail sur soi, une nouvelle philosophie de vie suffisent largement pour se sentir tout de suite mieux et d’un optimisme à toute épreuve.

Cessez de toujours vous plaindre, de vous en faire pour de petits riens, de prendre tout trop à cœur, de penser que vous êtes le plus malheureux du monde, de trop en vouloir à tout le mode et vous verrez que vous irez beaucoup mieux.
Voyez la vie du bon côté, jouissez pleinement des petits moments de bonheur qui jalonnent votre vie, pensez aux autres, riez, bougez, affrontez les problèmes qui se présentent, pensez qu’il y a pire ailleurs, dites-vous que c’est merveilleux d’être vivant, prenez la vie plus légèrement, dédramatisez les choses et vous ne ressentirez plus le besoin de prendre des antidépresseurs ou autres tranquillisants.

C’est vrai que cela ne sera pas facile à faire mais, en vous prenant en mains, en vous faisant aider, vous direz adieu à ces médicaments. Cela demande un sacré effort, plus intense que celui de se saisir d’un cachet et de l’avaler, mais cela vaut vraiment le coup.
Sachez qu’avec les antidépresseurs et autres tranquillisants, vous ne résolvez aucun problème. Vous ne faites que les masquer, que les ignorer. Mais, la source de votre mal-être subsistera toujours et ce sera le cas jusqu’au moment où vous déciderez de la supprimer une fois pour toute.
Laissez donc les antidépresseurs et les tranquillisants à ceux qui souffrent d’une véritable dépression sévère et prenez plutôt un « cachet » d’optimisme et de bonne humeur!

Auteur : Katy Gawelik <http://www.katisa-editions.com>

antidepresseur tranquilisant
Les antidépresseurs et tranquilisants