Commencer des études après 50 ans

A lire également :
Se retrouver au chômage, ou en retraite anticipée, avoir besoin de changer d'orientation professionnelle : plusieurs raisons peuvent pousser les seniors à entreprendre des études à la cinquantaine. Comment s'y prendre ? Vers quels organismes se tourner ? Quelles sont les principales difficultés rencontrées ?

Il semble exister peu de points communs entre le jeune bachelier qui entame son parcours étudiant et le senior qui, après une vie professionnelle bien remplie, retourne s'asseoir sur les bancs de la fac ou s'inscrit à des cours par correspondance. Pourtant, un préalable demeure : savoir faire les bons choix en ayant tous les éléments en main pour aider à cette décision.

Il s'agit d'établir tout d'abord un état des lieux : définir un projet précis, connaître ses acquis, savoir le temps que l'on pourra  consacrer à ses études en prévoyant les conséquences sur la vie quotidienne, établir un budget, être bien au clair avec ses motivations. A partir de là, on pourra trouver la formation la plus adaptée en fonction de ses compétences, des objectifs visés et des paramètres en interférence ( famille, coût de la formation, emploi du temps, durée totale de la formation, etc.).

La motivation : elle est directement liée à la raison pour laquelle on va se remettre ( ou se mettre !) à étudier. Enrichissement personnel, modification de l'orientation professionnelle, possibilité de promotion au sein de son entreprise, il faut savoir exactement ce que l'on vise.
Le projet : un diplôme ? une formation certifiante ou une validation des acquis ? en faculté ? par correspondance ? sous forme de stages longs ou de week-ends plusieurs fois dans l'année ? De nombreuses formules existent selon la formation souhaitée et ce sur quoi elle va déboucher. Préciser son projet est indispensable : l'investissement sera différent s'il s'agit de prendre des cours d'informatique pour maîtriser le nouvel ordinateur familial ou d'obtenir un diplôme de sophrologue afin d'ouvrir un cabinet de consultation.
Les conséquences sur la vie quotidienne : elles se mesureront en terme de temps et d'argent, et auront forcément un impact sur la gestion du foyer. Il est donc impératif d'en discuter en famille, de prévoir une nouvelle organisation, peut-être un nouvel espace si vous devez travailler à la maison, préparer vos cours, etc.

Une fois cette première approche effectuée, reste à mettre en œuvre cette nouvelle vie d'étudiant : pour certains cela ressemble à un retour en arrière, pour d'autres c'est une nouvelle expérience pleine de promesses mais aussi d'incertitudes. Dans tous les cas, il est important de ne pas perdre de vue son objectif, mais aussi de relativiser ses éventuelles angoisses : quels que soient vos doutes, vous avez un certain nombre d'acquis qui sont autant d'atouts dans le défi que vous vous êtes lancé, et vos chances de réussite sont indéniables.

Quelques conseils pour vous aider :
· Vérifiez que le niveau choisi correspond bien à vos capacités : cela vous évitera de vous décourager si vous avez visé trop haut, de vous ennuyer si vous avez visé trop bas.
· Favorisez les contacts entre élèves, cela ne peut que contribuer à vous stimuler et vous permet également de trouver une aide précieuse en cas de difficultés passagères ou d'absences ponctuelles.
· Réservez-vous des plages de temps bien précises pour réviser vos cours et faire les travaux demandés : sauf urgence, ne transigez pas avec ce planning.

Les différentes possibilités de formation:
· Au sein de l'entreprise, si vous êtes encore en activité, renseignez-vous sur les congés de formation, mais aussi sur les formations proposées par l'entreprise elle-même pour promouvoir son personnel.
· En tant que demandeur d'emploi, vous pouvez avoir recours aux dispositifs de V.A.E. ( validation des acquis et de l'expérience) qui peuvent se substituer à un diplôme dans certains cas.
· Le CNED dispense de nombreux cours par correspondance dans des domaines divers et variés : allez consulter le site
http://www.cned.fr/.
· Le CNAM propose également des cours du soir, des formations en ligne, des stages. Le site :
http://www.cnam.fr
· Les universités comptent environ 1% d'étudiants seniors sur leurs bancs, dans leur fonctionnement traditionnel, mais il existe aussi des Universités Tous Ages, qui permettent à tous de suivre des enseignements universitaires quels que soient l' âge et le niveau de formation.
· L'AFPA peut également vous aider pour valider vos acquis professionnels dans plus de 300 métiers.

Pour conclure, il s'avère que commencer des études après 50 ans ne constitue plus une étrange lubie ou un pari voué à l'échec : une espérance de vie plus longue, l'utilisation accrue des nouvelles technologies, la nécessité de s'adapter aux changements de la société actuelle, autant de facteurs qui vont peu à peu banaliser ce processus. Si tel est votre désir, n' hésitez donc pas à en être les pionniers ! 

Auteur : Cathy Borie
Accueil > Emploi > Commencer des études après 50 ans