L'hormone DHEA, risques et dangers

A lire également :
Hormone célèbre depuis quelques années, la DHEA fait beaucoup parler d'elle : mais tient-elle ses promesses ? est-elle réellement l'élixir de jouvence que l'on croit ? Zoom sur cette potion magique moderne.

C'est quoi ?
L'éhydroépiandrostérone, encore appelée DHEA, est une hormone sécrétée naturellement chez l'humain, dont la production atteint son apogée entre 20 et 30 ans, puis diminue au fur et à mesure du vieillissement.
Dans l'organisme, son rôle est de participer à la production des hormones sexuelles, mais il semblerait aussi qu'un taux plus élevé chez certains individus serait corrélé à une meilleure vitalité et une apparition retardée d'autres signes de vieillissement.
Des expériences menées chez le rat ont démontré que cette hormone synthétisée avait des effets positifs sur la densité osseuse, la mémoire, la peau et la dépression. Mais chez l'homme ?


Les effets réels
La seule étude sérieuse qui a été conduite à ce sujet donne des résultats très décevants, dont la conclusion est :  " Au total, aucune preuve formelle d'efficacité dans les pathologies associées au vieillissement n'a été établie, même si des pistes peuvent mériter des études ultérieures ".
Un effet sur la libido a toutefois été noté, mais ce ceci seulement sur les femmes les plus âgées (entre 70 et 79 ans) de la population étudiée.
Par ailleurs les risques courus sont bien établis : augmentation possible des cancers hormonodépendants et risque cardiovasculaire dans le cas d' une prise à long terme.
Une autre piste se dessine ces derniers temps, la fabrication de  crèmes cosmétiques à base de DHEA : aucune étude sérieuse ne vient là non plus témoigner de leur efficacité sur une amélioration de la jeunesse de la peau.


La DHEA et la loi
C'est ici le grand flou artistique : ni interdite, ni vraiment autorisée, la DHEA se vend cependant en pharmacie, avec une ordonnance. Le pharmacien prépare lui-même le médicament. Le médecin qui vous l'a prescrit est censé établir auparavant un bilan hormonal, et s'assurer de vos antécédents médicaux, qui ne doivent pas comporter de cancers du sein, de l'utérus ou de la prostate. Autre contre-indication formelle : la prise d'un traitement hormonal substitutif chez la femme, car la combinaison des deux favorise le risque de cancer. Le THS est à privilégier par rapport à la prise de DHEA.
En outre, tous les organismes officiels de santé déconseillent la consommation de DHEA, tant que des études plus poussées n'ont pas conclu à des effets réels.


En conclusion, le recul pour affirmer que la DHEA représente la pilule miracle qui nous permettra de conserver les signes de la jeunesse quelques années supplémentaires est insuffisant : les recommandations des médecins vont plutôt dans le sens d'une grande prudence, et nous incitent à cultiver une bonne hygiène de vie, dans laquelle alimentation équilibrée et activité physique sont les deux axes principaux. Ces remèdes-là au moins ont fait leurs preuves !

Auteur : Cathy Borie http://porteplume2a.com
Accueil > Bien être > La DHEA