La dépression chez les seniors

Aucun âge n'est plus propice qu'un autre à la dépression : cependant, les moments de fragilité dans la vie d'un individu peuvent favoriser la survenue de n'importe quelle maladie, y compris la dépression. Les seniors y sont donc logiquement plus exposés, de par leur état de santé, ou leur solitude, ou à cause d'une période de deuil.

Les risques aggravés

· L'isolement : on sait que le fait de vivre seul est un facteur aggravant de l'état dépressif. Les personnes âgées n'entretenant pas de relations sociales régulières ou vivant très éloignées de leur famille sont donc plus vulnérables que les autres.
· Le deuil : la perte du conjoint est bien évidemment un événement lourdement traumatisant qui peut entrainer un épisode dépressif. La présence de l'entourage proche pour soutenir le senior dans ces circonstances est essentielle, mais pas toujours suffisante.
· Les problèmes de santé : la dégradation physique, la souffrance, la diminution de l'autonomie ont également des conséquences directes sur l'équilibre mental et sur le moral. Des problèmes physiques peuvent tout à fait déboucher sur une dépression.
Les signes de la dépression
Ils sont identiques chez les seniors et chez le reste de la population. Les plus évidents sont :
· La tristesse durable
· La fatigue et la perte d'énergie
· Les trous de mémoire
· Le désintérêt généralisé
· La dévalorisation et le sentiment d'échec
· Les troubles du sommeil et de l'appétit
· Les douleurs diffuses

Les solutions

Une fois le diagnostic posé, ce qui n'est pas forcément facile, des traitements existent et doivent être mis en place : le réconfort de la famille et des amis n'est absolument pas suffisant en cas de dépression avérée. Le traitement proposé comprend généralement des antidépresseurs et une psychothérapie, les deux se complétant. La durée d'un tel traitement est rarement inférieure à 6 mois, mais les effets positifs sont sensibles après une quinzaine de jours. Il se peut que vous deviez essayer plusieurs antidépresseurs avant de trouver celui qui vous convient, ne baissez pas les bras.

Dans certaines situations, l'hospitalisation peut s'avérer nécessaire : c'est le cas si la personne n'est pas entourée ou si les relations avec ses proches sont conflictuelles, si la dépression est particulièrement sévère ou si elle comporte un risque de suicide.

Quoi qu'il en soit, la réussite du traitement sera bien plus efficace si la maladie a été prise en compte assez tôt : on constate que le risque d'échec est plus important quand le diagnostic a été posé tardivement. Vous ne devez donc pas hésiter à aller consulter votre médecin en cas de doute, à lui faire part des effets du traitement qu'il vous prescrit, et qui peut toujours être modifié s'il ne vous convient pas.  Il vous conseillera également un praticien qui vous soutiendra avec une psychothérapie.

La dépression n'est pas une fatalité, elle se soigne, et vous ne devez pas vous contenter d'une simple amélioration, mais viser la guérison complète.

Auteur : Cathy Borie http://porteplume2a.com
A lire également :
Accueil > Santé > La dépression chez les seniors