Une maladie taboue : les hémorroïdes

Les hémorroïdes concernent une personne sur deux chez les plus de 50 ans. Et pourtant, elles représentent encore un sujet tabou que les patients osent rarement aborder avec leur médecin. En savoir plus sur cette pathologie aidera peut-être ceux qui en souffrent à banaliser cette maladie, et à entreprendre plus tôt les soins qu'elle nécessite. De quoi s'agit-il exactement ? Quels sont les symptômes ? Y a-t-il des personnes à risque ? Quels sont les traitements ? Peut-on pratiquer une prévention ? Voici quelques réponses.

C'est quoi exactement ?

Il s'agit de veines qui se sont dilatées au niveau de l'anus ou du rectum. Ces veines grossissent normalement pendant l'acte de défécation, mais si elles restent gonflées en dehors de ces moments, elles forment ce qu'on appellent des hémorroïdes et restent dilatées en permanence.
Il en existe deux sortes :
- Externes : elles se situent sous la peau autour de l'anus, provoquant une enflure de cette zone, et sont très sensibles. Le risque est qu'un caillot de sang se forme dans la veine ainsi dilatée.
- Internes : elles se situent à l'intérieur de l'anus ou vers le bas du rectum. Si l'on n'y remédie pas, ces hémorroïdes peuvent sortir de l'anus au moment de la défécation puis reprendre seules leur place, puis dans un deuxième temps, il faut qu'elles soient remises en place, et enfin, cette man_uvre devient impossible.

Les symptômes

Ils sont différents selon l'emplacement des hémorroïdes et leur nature (externe ou interne, comme expliqué ci-dessus). Il peut donc y avoir une démangeaison ou une sensation de brûlure dans la zone de l'anus, une petite douleur et des saignements plus ou moins importants au moment d'aller à la selle, l'impression de gonflement du rectum, des suintements au niveau de l'anus, et à un stade plus avancé des masses sensibles qui sortent à l'extérieur de l'anus.
Quand faut-il consulter ?
Les hémorroïdes ne sont pas une pathologie grave, elles sont surtout gênantes et parfois douloureuses. Il vaut mieux toutefois consulter en cas de saignements anaux, car ce symptôme n'est pas un signe réservé aux seules hémorroïdes et il faut s'assurer que cela ne cache pas une pathologie plus importante.

Les risques

Il existe plusieurs facteurs de risque, ainsi que des profils d'individus qui sont plus exposés à l'apparition d'hémorroïdes. Voici une liste des paramètres qui favorisent cette pathologie :
- Avoir des parents proches qui en souffrent
- Etre enceinte
- Avoir accouché par voie basse
- Etre atteint de cirrhose du foie
- Souffrir de constipation régulièrement
- Souffrir de diarrhée régulièrement
- Soulever souvent des objets lourds
- Pratiquer le coït anal
- Prolonger la station assise sur le siège des toilettes

Les traitements :

Il suffit souvent de quelques remèdes très simples pour soigner les hémorroïdes, qui ne nécessitent pas forcément de traitement médicamenteux. La zone anale doit être nettoyée chaque jour, que ce soit sous la douche ou en prenant un bain, et pas forcément avec du savon. Autre précaution importante : ne pas utiliser de papier hygiénique parfumé pour s'essuyer après être allé à la selle, mais plutôt un linge humide. Sécher ensuite la zone délicatement.
Pour calmer les démangeaisons, utilisez des compresses froides plusieurs fois par jour pendant une dizaine de minutes.
Un bain de siège de 10 minutes peut soulager la douleur si les hémorroïdes sont externes et vous font souffrir.
Il faut éviter les aliments épicés, les boissons irritantes comme le café et l'alcool, porter des sous-vêtements en fibres naturelles, et ne pas soulever d'objets lourds qui provoquent une augmentation de la pression sur les veines en général.

Des médicaments peuvent vous aider dans certains cas :

- Certaines pommades à base de cortisone peuvent soulager les démangeaisons.
- Des analgésiques peuvent être pris en cas de douleurs plus intenses (pas d'aspirine ni de codéine).

La chirurgie peut en outre être une mesure d'urgence pour les hémorroïdes externes dans lesquelles s'est formé un caillot, pour les enlever sous anesthésie locale, et les récidives sont ainsi évitées.

Pour les hémorroïdes internes, il existe des interventions qui permettent de soulager la douleur :
- La coagulation : on utilise les infrarouges ou un courant électrique pour faire cesser la circulation du sang à la base de la veine qui crée la protubérance et qui  se rétracte alors sous l'effet de la chaleur.
- La ligature élastique : c'est une autre façon de bloquer la circulation sanguine avec une petite bande posée à la base de la veine.
- La sclérothérapie : le principe est le même mais cette fois-ci l'effet sclérosant est obtenu avec une injection chimique.
- L'hémorroïdectomie : comme son nom l'indique, l'intervention consiste à enlever les tissus portant les protubérances, avec un bistouri, sous anesthésie générale ou péridurale. Le patient met plus de temps à récupérer mais les récidives sont moins nombreuses.

Peut-on faire de la prévention ?

Il existe effectivement des gestes préventifs qui peuvent éviter la formation d'hémorroïdes, et qui concernent une hygiène de vie quotidienne relativement facile à mettre en _uvre.
L'alimentation tout d'abord peut être déterminante : elle doit contenir un grand nombre de fibres, comme les fruits et les légumes, le pain complet et les céréales, qui favorisent le transit intestinal. Il est également conseillé de boire de l'eau et d'autres liquides en quantité suffisante au cours de la journée. Le petit déjeuner constitue un repas très important sur lequel vous ne devez pas faire l'impasse, car c'est souvent après ce repas que les intestins ont le réflexe de se vider, et vous luttez ainsi contre la constipation qui peut être à l'origine des hémorroïdes.
L'activité physique est un autre facteur essentiel : marcher au moins 20 minutes chaque jour favorise un bon transit intestinal. Evitez également les stations assises prolongées.

De façon plus ciblée, vous ne devez pas vous retenir pour aller à la selle, mais vous devez aussi ne pas forcer. Ne prenez pas l'habitude de lire aux toilettes afin que les muscles de l'anus ne restent pas relâchés trop longtemps et que l'afflux de sang s'y installe.

Comme pour de nombreuses pathologies, une hygiène de vie associant bonne alimentation et exercice physique peut à elle seule prévenir ces troubles plus désagréables que graves.



Auteur : Cathy Borie http://porteplume2a.com
Accueil > Santé > Les hémorroïdes