Où en est le féminisme en 2011 ?

Les féministes militantes des années 60 et 70 font aujourd'hui partie de la population des seniors… Il est donc bien légitime de s'interroger ici sur ce qu'est devenu ce courant à la fois politique et social dans notre vie quotidienne, et la place qu'occupe le féminisme aujourd'hui : est-ce une idée qui a fait long feu ? Que sont les féministes devenues ? Quelles formes nouvelles le féminisme prend-il chez les plus jeunes ? Et les hommes dans tout ça ?

Le féminisme fut un combat d'importance dans le contexte de mai 68, et les cinquantenaires et sexagénaires d'aujourd'hui ont toutes participé ou au moins assisté aux manifestations et autres " groupes femmes " qui fleurissaient à l'époque, époque très politisée mais où les femmes devaient lutter pour se faire entendre. Le bouillonnement social et politique d'alors a offert une opportunité à ces voix, mais le mouvement de libération des femmes trouve ses sources dans des siècles de luttes, en France mais aussi dans le reste du monde. Les deux guerres mondiales ont joué un rôle dans son avènement, la mise en œuvre du droit de vote pour les femmes également, ainsi que l'ouvrage majeur de Simone de Beauvoir, Le deuxième Sexe. Se sont succédés ensuite la création du Planning Familial, le vote de la loi Neuwirth concernant la contraception, l'amplification du MLF dans les années 70, le procès de Bobigny, la publication du fameux manifeste des 343 salopes par le Nouvel Observateur qui listent à leur demande les femmes (célèbres pour la plupart…) qui ont recouru à l'avortement, la création du MLAC (Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception), qui sera dissout au moment où la loi sera votée, en 1975, grâce à Simone Veil. Pendant les années suivantes, une sorte de déclin touche l'ensemble des mouvements organisés ou non, comme si les buts avaient été atteints, et que les jeunes n'éprouvaient pas le besoin de reprendre le flambeau.

Ce n'est qu'avec le mouvement " Ni putes ni soumises " créé en 2003 que la problématique revient sur le devant de la scène. De nouvelles pistes de réflexion se sont ajoutées aux anciennes : les mères-porteuses, les violences exercées par certains hommes sur les femmes, l'égalité professionnelle des hommes et des femmes, la difficulté à gérer le quotidien, mais surtout l'urgence de faire appliquer en pratique ce qui est admis en théorie. C'est d'ailleurs en cela que le féminisme est un combat tout à fait actuel, même si une image négative en est véhiculée, évoquant son côté passéiste ou même son sexisme, ce qui est un comble ! Les féministes d'aujourd'hui sont bien présentes, à travers différents mouvements comme " Les chiennes de garde ", " Mix-cité " ou " Osez le féminisme ", et elles mettent en avant plusieurs axes de travail : " la vigilance, le devoir d'éducation, l'action contre les inégalités qui subsistent, la solidarité internationale et le devoir de transmission ", tous ces points étant fort pertinemment développés sur le site : (cf.http://www.chiennesdegarde.com/article.php3?id_article=308).

Le constat général semble le suivant : les avancées ont effectivement été énormes, mais  la société demeure profondément sexiste. Pour preuves, les salaires des femmes en moyenne inférieurs de 27% à ceux des hommes, le nombre de chômeuses supérieur à celui des chômeurs, le peu de représentation des femmes sur la scène politique, leur omniprésence sur les affiches publicitaires dans des tenues légères, sans parler des chiffres alarmants concernant les violences faites aux femmes (une femme sur 7 victime de violences conjugales, une femmes violée tous les quarts d'heure), et de ceux sur la précarité (85% des allocataires du minimum vieillesse sont des femmes, ainsi que 80% des travailleurs les plus pauvres). Et nous n'évoquerons pas ici les victimes de l'excision, ni  celles subissant un mariage forcé.

Les progrès sont finalement encore bien timides, mais une des conséquences des acquis des années soixante permettent au moins de ne pas cantonner la réflexion et l'action à des groupes fermés : les hommes y ont aujourd'hui leur place, car les femmes ont acquis l'accès à une prise de parole publique et respectée, permettant cette mixité. Les mouvements mixtes se développent donc, et les hommes mènent un vrai questionnement sur leur rôle et les modèles qu'on leur impose. Un ouvrage vient de paraître aux Editions Les points sur les i, " L'homme féministe : un mâle à part ? ", écrit par Emmanuelle Barbaras et Marie Devers, et qui donne la parole à ces hommes qui se réclament d'une mouvance que l'on aurait pu croire réservée aux femmes. Il est plutôt rassurant de constater que certains hommes, sans doute largement minoritaires, non seulement ont tout compris aux enjeux de ce combat quotidien, mais qu'ils en sont réellement partie prenante et qu'ils militent activement et intelligemment sur leurs lieux de travail, dans leurs associations, dans les partis politiques ou tout simplement à la maison, pour continuer de véhiculer ces idées qui sont très loin d'être obsolètes.

Les hommes ne sont plus les ennemis des femmes, et les femmes reconnaissent ne pas être des anges de douceur ou des petites choses fragiles. A eux tous, et ensemble, de faire évoluer les images, celle d'homme fort et viril versus celle de pureté et de délicatesse féminine : musique, cinéma, littérature, sont aussi des moyens de participer à cet objectif, et certains s'y emploient. Un ouvrage des années soixante devrait peut-être être réédité et faire partie des livres à étudier au lycée : " Du côté des petites filles ", d'Elena Gianini Beloti, y démontre très clairement l'influence des stéréotypes dans l'éducation des filles et des garçons, leurs conséquences sur l'infériorisation des premières, et sur la discrimination qui en découle. Ce livre a fait date, et sans doute comporte-t-il des excès et des simplifications, mais il n'est pas certain que sa relecture ne soit pas bénéfique en ce début de 21ème siècle.

Car si les lois ont changé, les réalités traînent la patte. Et le féminisme a sans doute encore de beaux jours devant lui.



Auteur : Cathy Borie http://porteplume2a.com
Accueil > Couples > Où en est le féminisme en 2011 ?