La migraine

Qu'est-ce que c'est ? Il s'agit d'une forme de céphalée se manifestant par des crises pouvant durer de quelques heures à quelques jours, à des fréquences variables, atteignant parfois le rythme de plusieurs crises par semaine. La douleur se manifeste souvent d'un côté de la tête, et sous forme de pulsations, elle peut être aggravée par le bruit et la lumière, et accompagnée de nausées ou de vomissements. Les migraines sont quelquefois précédées de troubles visuels ou d'autres perturbations physiologiques, engourdissement ou difficultés d'élocution. Elles commencent en général pendant l'enfance ou la fin de l'adolescence et disparaissent souvent à la cinquantaine. On ne connaît pas encore bien les causes de la migraine, bien que l'on sache cerner quelques éléments déclencheurs.

Les personnes à risques :
- Les femmes sont trois fois plus touchées que les hommes, en particulier au moment des règles.
- Les enfants de parents migraineux ont plus de risques de présenter eux-mêmes des épisodes de migraines.

Les facteurs déclencheurs : ils sont très variables d'une personne à l'autre, mais on peut en dégager une liste que l'on retrouve fréquemment.
- Le stress.
- La faim.
- Un sommeil perturbé.
- Une lumière vive.
- Des bruits intenses.
- Un manque d'exercice physique, ou au contraire un excès d'efforts physiques.
- Des odeurs inhabituelles, la fumée de cigarette ou un parfum.
- Certains médicaments (pilules, analgésiques)
- La prise d'alcool
- La caféine
- Le chocolat
- L'aspartam
- Les aliments fermentés

La migraine concerne trois fois plus de femmes que d'hommes, et cette pathologie fut longtemps négligée par le corps médical. Encore à ce jour, huit patients sur dix souffrant de migraines ne sont pas suivis. Pourtant, une consultation bien menée peut leur apporter des solutions, car il existe maintenant des traitements efficaces, à condition que le diagnostic soit posé.

Quelques chiffres pour commencer : 8 migraineux sur 10 ne sont pas suivis médicalement, 4 sur 10 n'ont d'ailleurs jamais consulté, et autant ont cessé après avoir commencé, 1 sur 2 utilise l'automédication, qui la plupart du temps n'a pas d'efficacité sur la migraine et peut en revanche provoquer des effets secondaires très invalidants comme les céphalées chroniques quotidiennes. En outre, des études ont mis en évidence que les pathologies migraine/dépression sont souvent liées, sans que l'on puisse établir de façon certaine quelle est la cause de l'autre…

Ce qui est certain c'est que la migraine peut être une maladie très invalidante et avoir des répercussions importantes sur la qualité de la vie quotidienne. Il est donc primordial que la première consultation propose une écoute attentive au patient et que le traitement soit adapté et bien expliqué. Pour poser le diagnostic de migraine, les critères suivants ont été déterminés par l'IHS (International Headache Society) : le patient doit avoir connu au minimum 5 épisodes de céphalées d'une durée entre 4 et 72 heures, avec deux des particularités suivantes (unilatérale, pulsatile, d'intensité modérée ou sévère, aggravées par l'effort) et accompagnées d'un de ces deux symptômes (nausées ou vomissements, et intolérance à la lumière ou au bruit). Ces critères sont suffisants pour permettre au médecin de savoir s'il s'agit ou non de migraine, et aucun examen supplémentaire (scanners, radios, etc.) n'est nécessaire, sauf en cas de doute évidemment.

Suite à ce diagnostic, le médecin peut proposer au malade la tenue d'un agenda de ses crises, où seront indiqués les dates, les durées, les facteurs déclenchants et les médicaments employés à chaque fois. Cet outil sera utile tant au médecin qu'au malade, pour juger de l'efficacité d'un traitement et de la gravité de la pathologie.
Il sera également très important de savoir ce que le patient a déjà utilisé comme traitement (antalgiques, anti-inflammatoires), les effets ressentis, l'incidence sur les activités quotidiennes du patient. Selon les réponses, un médicament spécifique comme le triptan pourra être proposé. Un traitement de fond peut alors aider le malade et empêcher l'abus de médicaments lors de la survenue des crises. Ce traitement de fond sera en particulier proposé en cas de crises trop fréquentes qui perturbent la vie professionnelle ou familiale, en visant à diminuer la survenue des crises mais aussi leur intensité et la sensibilité aux facteurs déclencheurs. Il faut savoir toutefois que ces traitements de fond sont des traitements au long cours et, parfois, seront pris à vie.

Quels sont les médicaments dont on dispose ? Le site Doctissimo suggère une liste que voici :
- Une prise quotidienne de dihydroergotamine par voie orale (gouttes ou comprimés) ;
- L'administration d'un bêta-bloquant tel que le propanolol, l'aténolol, le métoprolol...
- Un médicament de la classe des antisérotonines, pizotifène, oxétorone ouméthysergide ;
- Un alpha-bloquant (indoramine) ;
- Un inhibiteur calcique comme la flunarizine ;
- Ou même un antidépresseur comme l'amitriptyline, car certains antidépresseurs agissent sur la migraine ;
- Un traitement hormonal pourra aussi être envisagé si les crises surviennent à l'occasion des règles car la migraine est, chez la femme, sensible aux modifications du climat hormonal.

Il n'existe cependant pas de traitement pouvant guérir définitivement la migraine. Adapter son mode de vie à cette pathologie peut aider néanmoins à réduire les crises : éviter les situations de stress, ne pas sauter de repas, dormir régulièrement et suffisamment, pratiquer un exercice physique régulier et modéré, sont des conseils de comportement relativement faciles à suivre et pouvant avoir un effet très positif.

En cas de crise, des gestes simples peuvent également soulager le patient : s'allonger dans un endroit calme et plongé dans l'obscurité avec une compresse fraiche sur le front, pratiquer un massage du cuir chevelu et des tempes. A noter aussi, les bienfaits de l'acupuncture, qui seraient très positifs à raison de 2 séances par semaine pendant environ 10 semaines.

Quoi qu'il en soit, l'important est de savoir qu'une amélioration est tout à fait possible : si vous souffrez de migraines, ne remettez pas à plus tard une consultation chez votre médecin. Des solutions existent et peuvent apporter un réel changement dans votre vie de tous les jours.


Auteur : Cathy Borie
Accueil > Santé > Migraine