Les prothèses auditives

Les prothèses auditives ont mauvaise presse parmi la population concernée : les seniors les perçoivent comme une gêne, et beaucoup parmi ceux qui finissent par se résoudre à en acquérir finissent par ne plus l'utiliser. Pourtant, de nombreux progrès techniques ont été faits, et des solutions existent, bien adaptées à de nombreux cas.

La baisse de l'audition, ou presbyacousie, est le symptôme de l'usure du système auditif. Il s'agit d'un phénomène naturel, qui cependant est très mal accepté par la plupart des personnes concernées. Les conséquences sur la vie sociale n'y sont certainement pas étrangères. Pourtant, les seniors rechignent à s'équiper de prothèses, même si le bilan auditif prescrit par l'ORL conclut à la nécessité d'un appareillage.

Tout d'abord, repérons les signes d'une baisse auditive significative pouvant vous amener à consulter :
· Mauvaise compréhension des conversations dans un lieu bruyants
· Faire répéter l'interlocuteur
· Monter le son de la télé
· Avoir tendance à parler plus fort
Si vous êtes concerné par ces comportements, vous pouvez faire réaliser un test de dépistage par un médecin ORL, qui rédigera un certificat médical pour obtenir un appareillage si celui-ci s'avère nécessaire.

Il existe trois types de prothèses :
· Les intra auriculaires : certaines se placent dans le conduit auditif, d'autres juste à l'entrée. Ce sont les prothèses les plus discrètes, de par leur petite taille. Elles sont en outre plutôt confortables, mais en revanche ne peuvent pas lutter contre tous les types de surdité.
· Les contours d'oreille : la coque, qui contient le micro, l'amplificateur, l'écouteur et la pile, se met derrière le pavillon, et est reliée par un petit tube à une partie qui se loge dans le creux de l'oreille. Ils sont très largement utilisés, et permettent d'effectuer plusieurs réglages selon le contexte environnant.
· Les oreillettes : les plus récentes sur le marché, elles sont presque invisibles, confortables et ergonomiques, et profitent des dernières innovations technologiques. Elles sont tout à fait indiquées pour des personnes actives, grâce à leur discrétion et à leur facilité d'utilisation.

L'audioprothésiste vous conseillera utilement en vous aidant à exprimer vos priorités, qui peuvent être la qualité des sons, le coût, le confort, la facilité d'utilisation.
Quelle que soit la technique choisie pour votre cas, il faut savoir qu'il s'agit à chaque fois de traiter le son et non pas l'oreille elle-même. Le rôle de la prothèse est d'amplifier le son, en prenant en compte différents paramètres tels que le contexte sonore, la fréquence, la source du bruit. L'utilisation récente du traitement numérique permet des performances bien meilleures, ainsi qu'un confort accru. On n'a pu encore toutefois résoudre les problèmes posés par un milieu ambiant très bruyant.

Quant à l'aspect financier d'un appareillage, il n'est évidemment pas négligeable : le coût d'une prothèse varie entre 700 à 2500 €, et le remboursement par la Sécurité Sociale  s'effectue pour une oreille seulement sur la base de 65 % d'une somme forfaitaire fixée à 199,71 € (1 310 FF) quel que soit le prix de l'appareil.

Auteur : Cathy Borie http://porteplume2a.com
Accueil > Santé > Prothèses auditives