Comment surmonter un deuil

Les seniors ont forcément un jour ou l'autre à connaître le deuil de leur conjoint ou d'un proche qui leur est cher : moment difficile pour tout le monde, cette épreuve peut être majorée chez la personne âgée par sa propre fragilité ou par la solitude dans laquelle ce deuil la plonge.

Reconstruire sa vie est toujours long et douloureux après le décès d'un proche.  Pour le  senior s'y ajoute la prise de conscience d'une solitude accrue quand il s'agit du conjoint, et la difficulté de se projeter désormais dans un avenir déjà envisagé de façon pas forcément optimiste, à cause de la maladie ou d'autres problèmes liés à l'âge. Mais les étapes du deuil sont cependant toujours les mêmes : d'abord une période de sidération qui accompagne le choc de la nouvelle, puis un temps de déni où l'on refuse de croire à ce qui s'est passé pour s'en protéger, et enfin la douleur infinie quand on a enfin compris que la perte est bien réelle et irréversible, et que le chagrin s'installe.

C'est pendant cette phase que la dépression réactionnelle apparaît, avec une perte d'intérêt pour le monde extérieur et ses plaisirs, une fatigue intense, et d'éventuels troubles intellectuels. Ce passage est plus ou moins long et peut durer jusqu'à deux ans. Il est inutile d'essayer de faire l'impasse sur cette étape inévitable, au contraire, il vaut mieux accepter cette souffrance nécessaire et les pleurs qui l'accompagnent, sans se culpabiliser pour ce que certains peuvent considérer comme une preuve de faiblesse. Pour vous aider à vivre le mieux possible ces moments sans refouler vos émotions négatives, il est conseillé de vous entourer d'individus capables de vous comprendre, de vous écouter, avec qui vous pouvez vous laisser aller. Si personne ne peut assumer ce rôle dans votre entourage, n'hésitez pas à faire appel à un médecin qui vous conseillera un thérapeute pour vous accompagner pendant ce long travail de deuil.

Sachez également que vous n'êtes pas en mesure pendant cette période de prendre des décisions importantes, ni de planifier votre avenir : remettez donc à plus tard les engagements graves comme déménager, vendre une maison, ou tout autre acte qui engage les années futures.

Peu à peu, la douleur va aller en diminuant, vous allez apprivoiser l'absence du défunt ou de la défunte, une sorte de détachement va se mettre en place : vous entamez alors un processus de reconstruction. Vous recommencez à faire des projets, même anodins, et l'avenir vous paraît moins sombre. Cette étape est facilitée si vous êtes entouré de votre famille et de vos amis, si vous avez des petits-enfants qui vous aident à vous projeter dans le futur, si vous possédez des centres d'intérêts ou des passions vous faisant coller à la réalité, et à ne pas vivre uniquement dans le souvenir. Mais quoi qu'il en soit, laissez vous du temps, soyez patient et indulgent avec vous-même.


Auteur : Cathy Borie http://porteplume2a.com
Accueil > Consommation seniors > Surmonter un deuil